Jean-Christophe Maillot

Choré

 Ballets de Monte-Carlo

 

Chorégraphie Jean-Christophe Maillot

Musique Danny Elfman, Bertrand Maillot, Yan Maresz, John Cage, Daniel Ciampolini

Dramaturgie Jean Rouaud

Scénographie et Lumières Dominique Drillot

Costumes Philippe Guillotel

Création à Monaco, Grimaldi Forum

25 avril 2013


 

Clin d’œil à la comédie musicale, utilisant ses codes tout en gardant le recul contemporain abstrait, le dispositif de Choré s’inscrit dans une cage de scène mise à nue, si le sol a été couvert d’un tapis de danse gris (laqué ?), et si le cintre se cache derrière des frises noires assez hautes, le reste de la scène est visible, on pourra apercevoir au grès des scènes sa structure. Le concept pour toutes les scènes est de donner un cadre diaphane qui laisse percevoir par transparence, la cage de scène transformée en « plateau » où tous les éléments techniques sont visibles.

Le vocabulaire est assez simple : des rideaux en voile organdi accrochés aux cintres et des éléments construits modulables et mobiles, éclairants ou à effet spéciaux.

 

Pour le 1er tableau, la scène est comme un tableau noir, comme une ardoise magique. Le noir donne de la profondeur et laisse apparaître les danseurs tout comme sortis d’un celluloïd translucide.

 

Le 2ème tableau se joue du cinéma muet et nous montre un film en fabrication, il est question ici de voir comment les moyens du théâtre peuvent évoquer la fabrication d’un film. Un large miroir est suspendu au tiers plateau, au lointain, il réfléchit le sol sur lequel les machinistes ont déroulés des toiles peintes, elles seront déplacées au grés des numéros de music-hall. Un rideau peint, des grattes ciels, des décors en perspectives improbables sont peintes. Elle servent de décors aux danseurs qui les foulent. Une projection depuis la face, comme un film mal monté ou rayé, mettra un peu de mouvements dans cette affaire de construction d’une image rendu possible dans le cadre du miroir, transformé pour l’occasion en écran fictif.

 

Le 3ème tableau évoquant la guerre, la scène s’est vidée, elle laisse place aux éléments scéniques en un positionnement chaotique .

Les structures lumineuses se déplacent à vue, se retournent, en laissant leurs fils électriques serpenter sur le sol gris.

Après quelques secondes noires, le rideau du lointain répond à la musique en une onde permanente menaçante.

 

Le 4ème tableau se déplace de la terre aux cieux, cet aller-retour s’accompagne d’un nouveau rideau. Il est gris désormais et il serpente sur le sol en un mouvement très ample. Les Structures lumineuses sont désormais couchées, face à terre et diffusent des halos qui ponctuent l’espace terrestre. Ce tableau réunit les deux éléments en une opposition franche que vient adoucir la transparence des gris argentés des organdis.

Les danseurs suspendus sont au dessus des structures, et lévitent en un temps suspendu et doux.

 

Le 5ème tableau, final, rien, ou presque rien, la scène est vide.

Tout au plus un rideau blanc et pur vient compléter la scène au lointain. Il permet de dessiner, par sa nature, des moirages aux effets changeants. Riches et pauvres à la fois. C’est un clin d’œil à ce que pourrait être une abstraction.

Les structures s’écartent de la piste de danse pour laisser place aux structures qui vont la jouer praticables. Elles se transformeront en des cymbales diffusant une lumière chaude ou en des effets renforçant la blancheur des voiles blanc.

 

PRESSE (EXTRAITS) DANSOMANIE

 

... Sur le plan formel, Choré se divise en cinq «séquences» conçues de manière indépendante - une musique spécifique correspond d’ailleurs à chacune d’elles. C’est à la scénographie que revient la mission d’assurer la cohérence et l’unité de l’ouvrage.

...

Le mérite du succès de l’ouvrage revient aussi pour une bonne part à Dominique Drillot, qui a su créer un dispositif scénique audacieux, au service des intentions du chorégraphe et du dramaturge. Puisant son inspiration dans les spectaculaires réalisations cinématographiques que Busby Berkeley signa aux Etats-Unis dans l’entre-deux-guerres. Dominique Drillot use astucieusement d’un immense miroir suspendu aux cintres, qu’il utilise tel un écran sur lequel se projettent par reflets d’improbables escaliers, des cours cernées de gratte-ciel, au milieu desquels évoluent dans des alignements impeccables les «girls» des Ballets de Monte-Carlo. La quatrième section («Paysage de cendres»), qui évoque l’après-Hiroshima, est l’autre belle réussite plastique de Choré : l’illusion des corps flottants dans l’éther, débarrassés de toute pesanteur, est presque parfaite – sublimée par les sonorités étranges de la musique de John Cage. Un discret système de harnais parvient à mystifier le spectateur, un temps du moins.

...

...Choré s’affirme ainsi comme un spectacle protéiforme, sans toutefois souffrir d’un manque d’unité rédhibitoire. On ne s’y ennuie jamais...

 

Romain Feist © 2013, Dansomanie

 

Article complet :

http://www.forum-dansomanie.net/pagesdanso/critiques/cr0226_chore_monaco_26_27_04_2013.html